Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nuit bruyante de 9 h. à 11 h. Canonnade avec pièces de gros calibre et bombes allemandes, mais assez loin de nous. De 3 à 5 h. item. Coupe de cheveux. Après-midi. Orage vers 3 h.

Visite à L'Espérance au sujet du Bain-de-pieds de la rue de Saint-Thierry. Canonnade violente au loin, mais très bien entendue de Reims.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
Rue Saint-Thierry, les tissages

Rue Saint-Thierry, les tissages

Jeudi 12 août

Action d'artillerie, en Artois, au nord d'Arras.
Après avoir bombardé nos positions en Argonne et projeté sur elles des gazs asphyxiants, les Allemands lancent à l'assaut des régiments contre nos ouvrages, entre la route de Binarville-Vienne-le-Château, et le ravin de Houyette. Ils réussissent à pénétrer dans nos tranchées puis en sont rejetés par une contre-attaque. Nous faisons des prisonniers wurtembergeois. Plus à l'est, à la Fontaine-aux-Charmes, l'ennemi a été repoussé.
Canonnade au bois Le Prêtre et dans les Vosges.
Les communiqués russes attestent que l'échec des Allemands devant Kovno a été complet. Nos alliés n'en ont pas moins évacué les services civils de cette ville comme de Vilna. Ils contiennent toujours leurs agresseurs, à l'est de Riga et de Dvinsk.
Le grand-duc de Mecklembourg prend le commandement en chef aux Dardanelles.
Les Austro-Allemands ont amené, parait-il, 120.000 hommes à la frontière serbe
.

Source : La guerre au jour le jour

Tag(s) : #Cardinal Luçon, #1915
Paperblog