Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi 21 Décembre 1915.

Encore une déception. J’étais partie de bon matin pour arriver à l’ouverture des bureaux. En effet il n’y avait encore personne. Tout le long du chemin j’avais fait des rêves, encore une fois écroulés. Bref, quand on me remet ma correspondance il y avait tout d’un coup une carte de Marcel Thomassin. Je ne sais pourquoi il a eu l’idée de m’écrire. Datée du mois d’août. Et comme lettre du Ministère, c’était un avis de dépôt m’avisant de donner mon adresse par retour du courrier (il y avait un mois de cela) pour qu’ils puissent me renvoyer tes habits civils avec lesquels tu étais parti lors de la mobilisation. Cela m’a fait plaisir quand même ; je ne comptais jamais les ravoir. C’est le costume dans lequel je t’ai vu la dernière fois. Je ne le reverrai pas sans serrement de cœur. Je te vois encore descendre la rue Croix Saint Marc ; dans mes oreilles j’ai encore le bruit de tes pas. Comme c’est loin ...

Je quittai la Poste et en repartant j’entrai dire bonjour à Mme Dreyer. Toujours sans nouvelles, elle aussi. Sa petite fille qui a un mois de plus que notre Blanchette court toute seule, tandis que la nôtre marche à la main. Elle s’appelle Geneviève ; elle n’est pas vilaine mais notre fille, mon Charles, est plus fine, plus belle. On cause un peu ; elle s’ennuie.

Je pars remercier Mme Forgeât et lui dire ce qu’il résulte des lettres. M. Biset vient de revenir en permission. Pour lui faire une surprise ils avaient mis leur petit garçon en culotte. Tout cela me navre mais j’ai pu établir la comparaison avec notre coco. Le petit Biset est aussi grand mais il est loin de parler franchement comme André. J’ai causé un peu et je suis repartie. Voilà encore une journée pas plus gaie que les autres.

Mais je veux toujours espérer. Je t’aime.

Ta petite femme qui t’aime toujours.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu'elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu'au 6 mai 1917 (avec une interruption d'un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne

Mardi 21 décembre 1915 ...pour qu’ils puissent me renvoyer tes habits civils avec lesquels tu étais parti lors de la mobilisation

Mardi 21 décembre

Actions d'artillerie violentes en Artois (Loos, Bully, Givenchy).
Entre Soissons et Reims, nos obus ont démoli une passerelle à Vailly. Notre artillerie a déterminé trois explosions dans les ouvrages allemands de la Ville-au-Bois.
Nous avons canonné et dispersé une troupe ennemie en marche près d'Auberive, en Champagne. Nous avons endommagé une voie ferrée près de Gratreuil, en y paralysant toute activité.
En Argonne, nous avons bombardé des tranchées allemandes de la Fille-Morte. Aux Courtes-Chausses, nous avons fait sauter un dépôt de munitions.
Près de Saint-Mihiel, nous avons exécuté un tir efficace sur le bois de Lamorville, en atteignant un blockhaus de mitrailleuses.
Quatre de nos avions de bombardement et sept appareils mitrailleurs ont opéré sur la gare de marchandises de Mulhouse.
A Salonique, nos troupes complètent leur organisation défensive. Les Grecs ont fait des démarches à Vienne, Berlin et Sofia pour obtenir que ni les Bulgares ni les Turcs ne passent leur frontière.
Les troupes anglaises qui avaient débarqué au cap Suvla (Dardanelles) se sont rembarquées sans difficulté. Elles seront affectées à un autre service.
Les Italiens ont progressé dans plusieurs val
lées alpestres.

Source la Grande Guerre au jour le jour

Tag(s) : #Juliette Breyer
Paperblog