Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nuit tranquille. Seulement quelques gros coups de ca­non.

Brouillard épais, froid, 7 degrés. Malade. À 10 h. soir bombes sur la ville, dont 3 au Grand Séminaire.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
Le Grand Séminaire de 1563 à 1932

Le Grand Séminaire de 1563 à 1932

Dimanche 17 Octobre

Une nouvelle attaque allemande a été repoussée, en Artois, dans le « Bois-en-Hache » et dans la vallée de la Souchez.
Combats de tranchée à tranchée et canonnade au sud de la Somme (Lihons, le Quesnoy-en-Santerre).
Bombardement, par les Allemands, de notre arrière-front de Champagne avec emploi d'obus lacrymogènes. Notre artillerie riposte.
Lutte de bombes et de grenades en Argonne (La Houyette, Vauquois).
Une contre-attaque dans les Vosges nous a permis de reprendre nos positions à la cime de l'Hartmannswillerkopf et de capturer en même temps un fortin tenu par l'ennemi.
Nos avions ont bombardé la gare des Sablons, à Metz. Un train a dû s'arrêter.
Sur le front russe, les combats se poursuivent dans les régions du Pripet et de la Strypa.
Les sous-marins anglais continuent leurs opérations heureuses dans la mer Baltique.
L'Angleterre a déclaré la guerre à la Bulgarie.
Nos troupes qui ont débarqué à Salonique se mettent en posture de couvrir le chemin de fer du Vardar.
Le gouvernement italien publie de nouvelles notes officielles pour affirmer son entière solidarité avec les autres puissances
alliées en Orient.

Source : la Grande Guerre au jour le jour

Tag(s) : #Cardinal Luçon
Paperblog