Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A 11 heures, un violent bombardement commence, alors que nous sommes à travailler tranquillement, au bureau. Personnellement, je suis occupé, à ce moment, avec trois ou quatre boulangers et commerçants qui m'entourent, attendant des bons de livraison de farine, essence, etc.

Au premier sifflement, en succèdent d'autres très rapprochés et avant qu'il m'ait été possible d'établir les pièces pur tout ce qui m'a été demandé, un shrapnell de 105 vient éclater sur la partie du bâtiment de l'hôtel de ville, rue de la Grosse-Écritoire, au 1er étage.

L'explosion nous a fait quitter le bureau ; le personnel des différents services s'était déjà répandu, partie dans les couloirs, partie dans les sous-sols - et le tir continue, venant de plusieurs côtés. il est très serré jusqu'à midi. Trois cent cinquante à quatre cents projectiles sont ainsi envoyés sur la ville, ajoutant de nouveaux dégâts considérables dans le quartier de la cathédrale, touchée elle-même encore plusieurs fois, le Barbâtre, la rue de Vesle, la place d'Erlon, la rue des Moulins, la rue Petit-Roland, etc.

On signale neuf tués et une vingtaine de blessés.

A midi dix, le calme paraissant revenu, M. Vigogne et moi pouvons quitter la mairie pour aller déjeuner.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos
Rue de la Grosse Ecritoire - Photographie : Gallica-BNF fond Valois

Rue de la Grosse Ecritoire - Photographie : Gallica-BNF fond Valois

Mardi 20 - Nuit tranquille, sauf quelques gros coups de canon contre les avions allemands. Vers 4 h 1/2 à 5h du soir. De 11 heures à midi, Conseil. Bombardement terrible : n tué, trois blessés mortellement à Saint-Marcoul ; A "L'Homme d'Osier", 2 jeunes filles tuées, une coupée en deux ; 30 blessés.

Visite au Bon-Pasteur : 1 bombe dans la salle de bains. A la Visitation, 4 bombes.

A la Cathédrale, la fenêtre de la Chapelle Saint-Joseph perd son meneau, un obus frappe et meurtrit un contrefort.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Et pendant ce temps là :

L'ennemi bombarde, en Belgique, nos tranchées de Saint-Georges, ainsi que le village et l'église de Boesinghe.
En Artois, attaque d'infanterie repoussée sur un front de 1200 mètres, près de Souchez.
En Argonne, à Saint-Hubert, une offensive allemande est rejetée.
Sur les Hauts-de-Meuse, près de Sonvaux, deux offensives ennemies ont été brisées; une série d'attaques secondaires sont enrayées avec de fortes pertes pour nos adversaires.
Combats d'avant-postes, en Lorraine, près de Manhoué, sur la Seille, et près de Parroy.
La lutte a atteint à son maximum d'acuité sur le front oriental. L'ennemi a remporté quelques avantages sur la Wieprz et dans la région de Prasnych, mais partout ailleurs il a été battu et a laissé de nombreux morts sur le terrain. Les Russes ont fait 500 prisonniers en Courlande, près de Chavli, et plus de 2000 sur le Dniester, où ils ont aussi capturé des mitrailleuses.
La flotte italienne a bombardé les forts de Cattaro qu'elle a endommagés. Au retour, le croiseur Guiseppe Garibaldi a été torpillé par un sous-marin autrichien. L'armée italienne a remporté une victoire sur le plateau de Carso, près de Gorizia, et fait 2000 prisonn
iers.

Source : La guerre au jour le jour

Tag(s) : #Paul Hess, #Cardinal Luçon, #1915
Paperblog