Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sifflements et éclatements.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Dimanche 2 – Nuit tranquille. Grand’messe rue du Couchant. Lecture du Mandement. Après-midi, visite de M. de Chabrillan et Golouvers, russe, et son aide-major Henri Lavielle. Orage. Vêpres manquées.

Visite de M. Paul Léon, chef de division au sous-secrétariat d’État des Beaux-arts, M Sainsaulieu, et un troisième, venu avec le Ministre de l’Instruction Publique, visiter la cathédrale.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Dimanche 2 Mai 1915.

Aujourd’hui Dimanche je suis venue aux caves. Mais pour venir, quel bombardement ! En arrivant près de la caserne Colbert j’entends les nôtres qui se mettent à faire un vacarme infernal. Je me dis : « Soyons prudents ; tout à l’heure les boches vont répondre. Le boulevard est dangereux, je vais passer par le Barbâtre ». Bien m’en a pris car à peine si j’y étais que j’entendais les sifflements boches. Cette fois-ci en arrivant en haut du Barbâtre, on me dit que cela tombe sur Pommery. J’ai donc attendu que leur folie soit passée et je me suis mise à l’abri chez Mme Nalis.

Quand je suis arrivée aux caves ils étaient tous en peine, surtout que Charlotte était sortie aussi avec Paulette pour aller faire ses adieux à sa mère, car elle s’en va demain à Paris chez une de ses tantes. Elle en a assez du bombardement et comme on ne sait pas quand ça finira …

Pour moi, mon Charles, encore une journée de passée. Je t’aime. Ta Juliette.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu'elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu'au 6 mai 1917 (avec une interruption d'un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne

le 1er mai 2, 3, 4 un bombardement dans la soirée

Renée Muller dans Journal de guerre d'une jeune fille, 1914

Voir la suite sur le blog :

Tag(s) : #Paul Hess, #Cardinal Luçon, #Juliette Breyer, #Renée Muller, #1915
Paperblog