Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bombardement sérieux vers le commencement de l’après-midi ; j'entends les arrivées des projectiles en revenant de déjeuner place Amélie-Doublié et les sifflements indiquent, tout le temps que je descends la rue Lesage, qu'il doit en tomber sur le haut du faubourg Cérès comme du côté du Port-sec.

Près du pont de l'avenue de Laon, un agent, se tenant à l'abri, hausse les épaules lorsque je passe devant lui, en me montrant du doigt, dans cette direction, une troupe de cinq ou six gamins, obligés de se replier à travers les voies du chemin de fer, parc qu' "ça" tombe. Ils ont apparemment été dérangés en cherchant des éclats d'obus.

Paul Hess dans Reims pendant la guerre de 1914-1918, éd. Anthropos

Dimanche 11 – Nuit tranquille pour la ville. Canonnade et bombes par intervalles. Visite à 3 h ½ à l’Enfant Jésus, à 300 ou 350 soldats réunis pour un Salut. Allocution. Distribution de cigares, envoyés à moi par un Pensionnat d’Antony, près Paris.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173
Tag(s) : #Paul Hess, #Cardinal Luçon, #1915
Paperblog