Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mercredi 14 - Nuit Marquée par une violente canonnade française. De 10 ½ à 11h ½, violent bombardement.

Cardinal Luçon dans son Journal de la Guerre 1914-1918, éd. par L’Académie Nationale de Reims – 1998 – TAR volume 173

Mercredi 14 Avril 1915.

Mon Charles,

Tes parents sont repartis pour Sainte-Anne. Ils voulaient que j’aille avec eux mais je ne peux pas quitter ton parrain pour aller chez des étrangers. Gaston a peur, il ne veut plus du tout rester rue de Metz ; ils sont navrés.

Le bombardement continue toujours. Surtout pour les aéroplanes, ils lancent quelque chose comme bombes et fléchettes. Que veux-tu, on commence à s’y habituer. Je ne me rappelle pas t’avoir dit que le pauvre père Deboeuf était mort de maladie. Tu en trouveras du changement, mon Charles, quand tu reviendras. Mais quand ?

Je te quitte. Bons bécots et à toi toujours.

Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) - Lettres prêtées par sa petite fille Sylviane JONVAL

De sa plus belle écriture, Sylviane Jonval, de Warmeriville a recopié sur un grand cahier les lettres écrites durant la guerre 14-18 par sa grand-mère Hortense Juliette Breyer (née Deschamps, de Sainte-Suzanne) à son mari parti au front en août 1914 et tué le 23 septembre de la même année à Autrèches (Oise). Une mort qu'elle a mis plusieurs mois à accepter. Elle lui écrira en effet des lettres jusqu'au 6 mai 1917 (avec une interruption d'un an). Poignant.(Alain Moyat)

Il est possible de commander le livre en ligne

Mercredi 14 avril 1915. Nuit Marquée par une violente canonnade française
Tag(s) : #Cardinal Luçon, #Juliette Breyer, #1915
Paperblog