Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paul Hess

Nous n'avons toujours pas de nouvelles précises sur ce qui s'est passé après les combats qui ont eu lieu près de Charleroi. Depuis hier soir, on sait seulement que la préfecture et les services administratifs des Ardennes ont évacué rapidement Mézières. Des habitants de ce département surtout, continuent à passer à Reims. Le spectacle de ces malheureux arrivant par groupes et ne sachant où aller se réfugier est vraiment pitoyable. Remarqué entre autres misères, aujourd'hui, dans leur défilé, une charrette à moisson attelée d'un cheval et d'une vache, transportant une femme et de jeunes enfants avec un pauvre mobilier entassé hâtivement dans de la paille.

Paul Hess dans La vie à Reims pendant la guerre de 1914-1918
Réfugies belges avec leurs chevaux de trait, Wikipédia

Réfugies belges avec leurs chevaux de trait, Wikipédia

Reims, jeudi 27 août 1914

Arrivée de plusieurs milliers d'immigrants, pour la plupart belges. Les malheureux campent sur les places publiques, dans la cour de l'Hôtel de Ville, à la gare, sur les promenades... C'est un spectacle lamentable. Vers 14 heures, je rencontre le proviseur et le censeur du lycée Chanzy et leur famille, en panne sur le boulevard Roederer, à côté d'une montagne de colis. Partis du lycée Chanzy bien avant moi, ils sont arrivés à Reims à 20 heures, après moi.....

En arrivant, ils ont fait une démarche auprès du Commissaire de la gare qui a refusé de s'occuper d'eux, ils ont visité tous les hôtels et restaurants voisins qui, archicombles les ont refoulés.... Ils déclarent ne savoir que faire...
Comme j'ai habité Reims pendant 10 ans, et que je le connais à fond, mon plan est vite établi. Je file à la mairie où j'ai la chance de rencontrer le secrétaire général qui me remet une liasse de laissez-passer en blanc (mais signés et timbrés) pour rapatriement gratuit par chemin de fer, en me disant d'en faire l'usage que je voudrai. J'emmène les familles Lemaigre et Moulis au lycée de jeunes filles, ma femme et moi les réconfortons, les logeons, les nourrissons.

Marcel Marenco
Tag(s) : #Paul Hess, #témoignages, #1914, #Marcel Marenco
Paperblog